Fatou Diagne – Humans of Saint-Louis

Lors de notre mission au Sénégal d’octobre 2018, l’équipe de Schola Africa a eu l’opportunité de rencontrer Fatou Diagne, directrice de l’école de Khar Yalla à Saint-Louis. C’est au sein de cette école que nous avons fait nos premiers pas au Sénégal en construisant notre première salle de classe inaugurée en octobre 2018.

 

Issue d’une famille enseignante, Fatou Diagne a toujours vu le domaine éducatif comme une vocation. Ayant entamé sa carrière dans des missions éducatives (colonies de vacances, patronages, centres aérés), c’est après son baccalauréat qu’elle a passé le concours d’enseignante qu’elle a réussi.

 

Sa principale motivation ? Faire de son mieux pour que les enfants qui lui sont confiés réussissent dans la vie et deviennent de grands personnages que l’on pourrait, plus tard, citer dans le pays. Elle essaie également de se focaliser principalement sur la scolarisation des filles. Parfois, du fait de grossesses précoces ou de la décision de leurs maris, certaines femmes voient leurs études compromises. Fatou Diagne cherche alors à transmettre à ces jeunes filles l’envie de travailler et d’être indépendantes.

Selon elle, la plupart des élèves sont conscients de l’importance de l’éducation. Cependant, quelques-uns, surtout les garçons, abandonnent l’école dès le CP, pour se lancer dans le domaine du transport (principalement des charrettes) ce qui ne leur apportera pas un métier stable.

Par conséquent, lors des récréations, des anciens élèves de l’école de Khar Yalla, maintenant collégiens, viennent saluer les maîtres et en profitent pour motiver les écoliers à ne pas abandonner et suivre leurs pas. Les principales valeurs que Fatou Diagne souhaite inculquer à ses élèves sont le respect, la tolérance et le civisme.

A Khar Yalla, les conditions sont très précaires. Les élèves travaillent dans des abris provisoires, certaines classes n’ont ni fenêtres ni portes. Certes, les autorités apportent beaucoup d’innovations ce qui est une bonne chose mais, selon Fatou Diagne, l’accompagnement fait défaut.

Néanmoins, la directrice reste optimiste. Au centre de ses prières, elle place, en premier lieu, la réussite de ses élèves et donc le succès de son école.

Elle remercie vivement Schola Africa pour son investissement ainsi que tous les moyens mis au profit de l’école et assure qu’il ne faut pas baisser les bras.

 

 

 

Scroll Up