Scolariser

Le premier volet de l’action de Schola Africa concerne l’éducation et la scolarisation primaire.

Burkina Faso
Sénégal

Région de Bobo

Bobo-Dioulasso est située dans la région des Hauts-Bassins, au Sud-Ouest du Burkina Faso. Deuxième ville et capitale économique du pays, elle compte environ 500 000 habitants dont une grande majorité de Bobos, ethnie représentant 5% des habitants du pays.

Les villages où l’on agit

Notre zone d’intervention se situe donc autour de Bobo-Dioulasso, dans 13 villages de brousse. Dindéresso, Wolokoto, Sarfalao… voici les noms de quelques villages phares pour Schola Africa dans lesquels l’association a construit des salles de classe.

 

Le système scolaire burkinabé 

Au Burkina Faso, un peu plus de la moitié de la population a accès à l’école primaire et 19% des enfants poursuivent leurs études au collège.

Dans ce pays francophone, le système scolaire est proche du système français. Les niveaux de classe sont les mêmes à l’exception du CP qui s’effectue en deux ans. Chaque école est donc composée d’une classe de CP1 et de CP2. Un cycle complet de salles de classe est alors composé de six salles de classe.

Une particularité du Burkina Faso est que chaque enfant doit passer le Certificat d’Études Primaires (CEP) à la fin de son CM2 pour lui permettre d’accéder au collège. Sans ce diplôme, les élèves sont contraints d’arrêter leurs études à la fin de l’école primaire.

La construction des écoles

En 2000, Schola intervenait pour la première fois au Burkina Faso en construisant une latrine. Aujourd’hui, 18 salles de classe ont été construites, cela représente chaque année près de 1000 élèves scolarisés dans ces écoles.

Région de Saint-Louis

Pourquoi la région de Saint-Louis ?

Schola Africa est une association étudiante lilloise. C’est pourquoi notre choix s’est naturellement porté sur la ville de Saint-Louis, jumelée à la ville de Lille depuis 1978. Ce jumelage a permis la création de nombreuses institutions faisant le lien entre Lille et Saint-Louis, ce qui a facilité notre premier contact.

La ville de Saint-Louis fait partie de la région homonyme et est située à l’extrême nord du pays sur la côte Atlantique. Parmi les plus grandes villes du pays, elle compte environ 240 000 habitants.

Les villages où l’on agit

Notre zone d’intervention se situe donc dans la région de Saint-Louis, dans la ville même mais également à sa périphérie et dans la brousse alentour. Nous avons déjà agi auprès de plusieurs écoles telles que Khar Yalla, Sor Daga 2, Mbaylar, Ndiabene Wadabe, Gade Aly Diagne. Nous souhaitons encore étendre notre prospection à la brousse environnante maintenant que nous nous sommes familiarisés avec les diverses parties prenantes du système scolaire sénégalais. 

Le système scolaire sénégalais

Le système éducatif sénégalais est très similaire au système burkinabé et donc, au nôtre. La scolarisation débute à l’âge de 5 ou 6 ans et est obligatoire jusqu’à l’âge de 14 ans. Il y a six niveaux de cours élémentaires : le CI, le CP, le CE1, le CE2, le CM1 et le CM2.

La fin de l’école primaire est sanctionnée par le Certificat de Fin d’Études Élémentaires (CFEE) et par l’examen d’entrée en sixième. 

Le fonctionnement des écoles est en général rigoureux et toute la population du village est impliquée. Les écoles sont dirigées à la fois par un directeur, un Comité de Gestion de l’École (CGE) et par l’association des parents d’élèves.

La construction des écoles

En octobre 2018, Schola inaugurait sa première salle de classe construite au Sénégal dans l’école de Khar Yalla. Aujourd’hui, l’association a pour projet de construire deux salles de classe supplémentaires dans l’école de Sor Daga 2 où nous avons déjà mené plusieurs projets et y avons construit un bloc de latrines.

Schola Africa cherche également à améliorer qualitativement les conditions d’éducation des élèves burkinabè.

  •  Depuis 2013, Schola Africa distribue des lampes solaires dans une douzaine d’écoles. Au Burkina Faso, il fait nuit très tôt tout au long de l’année. Une fois rentrés de l’école, les élèves ne peuvent ainsi plus faire leurs devoirs étant donné l’absence d’électricité. Leurs résultats en sont considérablement affectés. Les quelques 2000 lampes aujourd’hui distribuées ont permis une augmentation moyenne de 20% des résultats au CEP.

  • Le projet “malles tournantes”: deux malles remplies de livres circulent entre plusieurs écoles construites par Schola Africa. Les élèves peuvent ainsi avoir accès à une littérature renouvelée régulièrement.

  •  Le projet “Impluvium”: lancé en 2017, il s’agit de la construction de citernes de récupération d’eau afin de palier les problèmes de sécheresse dans le pays. En effet, le sixième objectif du Programme des Nations Unies pour le développement visant à “assurer d’ici 2030 un accès universel et équitable à l’eau potable” est loin d’être atteint au Burkina Faso. L’absence d’eau saine s’avère être la première cause d’absentéisme, d’échec scolaire et de décès d’élèves dans la région. Un système simple de gouttière permet de récolter l’eau de pluie qui est ensuite filtrée grâce à des carafes spécialisées.

  Le lieu de vie 

 

 Le lieu de vie a été inauguré en 2017, il encourage la rencontre et le partage entre les habitants de Sarfalao. 

Son objectif majeur est d’offrir aux enfants, scolarisés ou non, l’accès à un espace ludique d’apprentissage et aux élèves plus âgés un espace de travail adapté. Différents types d’outils y sont mis à disposition afin de s’adapter aux besoins et profils des jeunes de tout âge. Des jeux de société éducatifs et une grande variété de livres y sont disponibles. Afin que l’apprentissage soit optimal, un éducateur est présent chaque jour pour répondre aux besoins des enfants, leur fournir un encadrement et faire de ce lieu un endroit d’entraide et d’émulation.

  Le kit du collégien 

 

Afin de faciliter l’accès au collège, le projet “kit du collégien” cherche à lever la barrière financière importante pour les parents. Nous fournissons aux élèves le matériel scolaire nécessaire à leur cursus: un sac à dos, des cahiers, des stylos, un kit de géométrie ainsi qu’une lampe solaire.

Cent kits sont distribués chaque année dans nos écoles, selon un système méritocratique, profondément ancré dans la culture burkinabè.

Scroll Up